12 janvier 2015 : Questions d’entrainements…

D’après ma petite expérience du tir, et une expérience plus longue dans le rugby non professionnel, la qualité des résultats en compétitions dépend totalement de la qualité des entrainements effectués, notamment lorsque le tireur n’a pas une longue expérience du tir. A parler entrainement, il y a, je crois, trois aspects incontournables de la préparation du tireur : l’entrainement technique, la préparation mentale et la préparation physique. Si le plus grand tireur de tous les temps prouve à chaque compétition que le dernier des trois principes est sans doute le moins important, je m’applique à essayer de travailler les deux premiers à chaque sortie.

Comme me l’avait glissé Christophe lors de mes débuts dans le tir, il est bien plus profitable de faire deux entrainements de 100-125 plateaux que d’en faire un de 250. J’ai donc testé des petits entrainements deux fois plus fréquemment afin d’en tirer plus de bénéfices techniques et j’ai eu l’impression d’accélérer ma progression de l’apprentissage du tir. D’une part, je m’aperçois qu’il n’y a plus aucune lassitude, ni fatigue, à tirer toute la séance; il est ainsi plus aisé de rester concentrer sur l’ensemble des plateaux tirés, ce qui est le but recherché. J’ai donc construit mon entrainement sur mesure de la façon suivante, à 3 ou 4 tireurs idéalement, car à 2, ça va trop vite, et à 5 ou 6, on y passe toute la journée :
– 25 plateaux d’échauffement après le trajet en voiture afin d’attaquer la suite en pleine possession de ses moyens.
– 100 plateaux en compétition, des plateaux en grande majorité classiques de ceux que l’on voit en compétition officielle. Si on se trouve sur un grand stand, un poste par parcours uniquement pour tirer le maximum de trajectoires. Sur chaque poste, on tire toutes les trajectoires en ordre alphabétique et un ou deux doublés choisis intelligemment, pas de doublés débiles intirables. L’esprit est d’être en mode compétition, sans répéter de plateau raté, mais à jouer la gagne, ou à essayer de limiter la casse si l’entame a été compliquée.
– Eventuellement à la fin des 100 plateaux en compétition, on tire 15 à 25 plateaux, de ceux qui ont été ratés et qu’on se remémore avec la feuille de marque ou des plateaux plus “challengeants”.

Voilà, à mon humble avis, que peut-être beaucoup ne partageront pas, mon type d’entrainement idéal pour une séance de 2 heures à 2 heures 30. L’énorme avantage, je crois, est qu’il permet de coupler l’entrainement technique sur des plateaux que l’on trouvera à 90% sur les compétitions officielles avec un entrainement mental par une mise en situation du tireur qui lui permettra d’appréhender des situations de crise dans une future compétition car il aura eu à les gérer en entrainement.

Je ne prétends nullement détenir la vérité, mais j’apprécie de partager avec vous ma façon de m’entrainer, ma façon d’essayer de continuer à progresser.

075-2

In my humble opinion, the quality of your sporting clay training defines your personal ability when competing. My small experience in clay shooting and bigger experience in rugby lets me think that technical training, mental preparation and physical training are all very important for the shooter even though our most famous ambassador proves that the last one is not as important. Speaking about me I try to work on both technical and mental aspects of the shoot as soon as I am on the shooting ground.

As Christophe explained me almost two years ago it is better to train more often and not as intensely: for instance it is better to go out and shoot 100-125 targets twice a week than 200-250 targets one a week. That is what I tried lately and I must admit he was right: I don’t feel tired or restless when shooting anymore so I can stay focused during the whole training. I tailor-made my ideal training sessions this way:
– 3 to 4 shooters (friends) because the rhythm is too fast when you are 2 and you are going to spend the whole day shooting if you are more.
– 25 warm-up targets to feel better to start the real job!
– a 100-target friendly competition with your 2 t 3 friends. Pick normal targets like the ones you will shoot next weekend. If you are shooting on a big shooting range shoot different pegs to be able to shoot as many different targets as possible. Each peg would be all machines in ABC order then smartly chosen pairs (true and on report). The idea is to feel like a standard sporting clay competition: either you will shoot to win it, or you will have to try your best because your start was not that great.
– after the competition you can shoot another 15 to 25 targets from the ones you missed or further ones you want to try to kill.

I am definitely not writing that it is the ideal way of training! But I think I have built my ideal 2 to 2,5-hour training session that allows me to build better mental and technical skills for clay shooting. The goal is to be able to feel comfortable when competing, both mentally and technically and to be able to deal with any crisis under any circumstances during the competition because you would have dealt with it under less pressure when training.

I know for sure that I don’t know the truth but I appreciate sharing my way of training and trying to improve with you guys.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s